L’assurance dépendance, toutes les informations

L’assurance dépendance, pourquoi faut-il souscrire à cette assurance ?

 

L’assurance dépendance pour une meilleure retraite

Afin de vivre le plus sereinement possible votre retraite, prenez en compte dès aujourd’hui le risque de dépendance dans votre stratégie patrimoniale avec une assurance dépendance.

Depuis des décennies, notre espérance de vie ne cesse de progresser. Une bonne nouvelle qui fait néanmoins naître de nombreuses questions dont l’une des plus importante est la perte d’autonomie, tant elle génère des situations humaines et financières difficiles. Aussi, pour ne pas dépendre de ces enfants, les priver d’un héritage ou compter sur la collectivité, convient-il de s’y préparer en contractant, par exemple, une assurance-dépendance.

 

Pourquoi souscrire une assurance-dépendance ?

L’assurance dépendance est également appelée « assurance perte d’autonomie« . L’assurance-dépendance permet de couvrir, en tout ou partie, le coût, souvent important, des services rendus aux personnes ayant perdu leur autonomie.

En effet, il faut compter en moyenne 1 800 € par mois pour les personnes souhaitant rester à leur domicile et 2 300 € pour celles qui sont accueillies dans un établissement d’hébergement pour personnes âgées (Ehpad).

Des montants non négligeables que l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), versée par les conseils généraux et dont peuvent bénéficier les personnes âgées en situation de dépendance, ne permet pas de couvrir seule. Une allocation, plafonnée à 1 288,09€ par mois en 2012, qui varie en fonction des ressources et de l’état de santé du bénéficiaire et dont la valeur moyenne s’établit autour de 450 €.

 

La définition de la dépendance

En plus de l’assurance dépendance, il convient de connaitre la définition de dépendance. La dépendance est définie comme la perte d’autonomie d’une personne âgée qui se trouve dans l’incapacité physique et/ou mentale d’exécuter seule un certain nombre d’actes de la vie courante.

Une définition qui, bien qu’acceptée par tous, laisse aux assureurs une certaine latitude quant aux critères d’incapacité retenus pour la mesure.

Certains d’entre eux évaluent ainsi la dépendance en fonction de leurs propres critères d’analyse basés sur la capacité à accomplir des actes de la vie quotidienne tandis que d’autres s’appuient sur la grille d’évaluation nationale Aggir (autonomie gérontologie groupes iso-ressources), composée de 6 niveaux et utilisée pour les demandeurs de l’APA. Dès lors, une personne peut être reconnue dépendante au titre de l’APA, mais suffisamment autonome aux yeux de l’assureur !

 

L’étendue de la garantie

On distingue deux types de dépendance : la dépendance totale et la dépendance partielle. Cette distinction est importante car elle conditionne le montant de la rente (voir du capital) qui sera versée par l’assureur au souscripteur du contrat de l’assurance dépendance.

Dans ce cas, par exemple, d’un assureur utilisant les critères des actes de la vie quotidienne, la dépendance totale est retenue lorsque l’assuré est dans l’impossibilité d’accomplir, sans aide extérieure, au moins trois des quatre actes communément retenus : s’alimenter, se laver, se déplacer, s’habiller. Lorsque la dépendance totale est reconnue, l’assuré perçoit une rente à hauteur de 100 % du montant prévu au contrat assurance dépendance. La dépendance partielle est, elle aussi, évaluée différemment selon les contrats. Elle concerne des personnes dont la dépendance est moins lourde, mais qui ont tout de même besoin d’être aidées au moins une fois par jour. Mais attention, une fois reconnue, le bénéficiaire ne perçoit qu’une partie de la rente prévue en cas de dépendance totale. L’indemnité étant fixée selon le degré de la dépendance de l’assuré, elle demeure en général limitée entre 50 et 60 % du montant total garanti. Concrètement, si vous êtes couvert à hauteur de 1 000 € par mois, vous ne recevrez que 500 ou 600 €.

 

Le montant des primes

Le montant de la rente varie, quant à lui, en fonction des dispositions contractuelles et du montant des primes qui ont été versées par l’assuré. Pour fixer le montant de ces primes, l’assureur prend principalement en compte l’âge de l’assuré au moment de la souscription du contrat mais également son état de santé. A ce titre, il lui sera demandé de répondre à un questionnaire médical. En pratique, la souscription à un contrat assurance dépendance est de préférence envisagée à partir de 50 ans. A cet âge, il faut compter en moyenne entre 40 et 60 € par mois, selon l’étendue de la couverture, pour la souscription d’une assurance dépendance qui permettra de percevoir une rente mensuelle de près de 1 000 €. Étant précisé que plus l’assuré est âgé, plus la cotisation est élevée. Enfin, après 75 ans, il n’est généralement plus possible d’y souscrire.

 

La réévaluation de la rente

La majorité des contrats prévoient une revalorisation des rentes afin de suivre l’évolution du coût de la vie.Cette revalorisation est, dans la plupart des cas, basée sur l’évolution du point Agirc, qui est lui-même utilisé pour la revalorisation des retraites.

Article traitant de l’assurance dépendance publié en janvier 2013.

Ce contenu a été publié dans Assurance, Gestion patrimoniale. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *